Activateur de Voyages
Nous rejoindre sur Facebook

Energy trip vous conseille

<== Cliquez sur l'image pour l'agrandir...

 

La Tanzanie possède plus de terres dédiées aux Parcs Nationaux et aux Réserves Protégées que n’importe quelle autre destination au monde. Tout depuis le fragile corail jusqu’aux Crater Highlands (voir plus bas), en passant par les réserves éloignées et les fameux parcs nationaux, fait l’objet d’une protection par le gouvernement tanzanien et est mis entre les mains des générations futures pour les conserver dans leurs merveilles et leur beauté.
Nous vous décrivons ci-dessous nombre des attractions que propose la Tanzanie, et des parcs souvent négligés en faveur des plus connus que sont le Serengeti et le Ngorongoro, et qui, vous le découvrirez, rivalisent d’attraits pour le voyageur

 

Le Parc d'Arusha, entre treks et écosystèmes variés,

Le Lac Manyara et ses lions grimpeurs...

La Zone Protégée et le Cratère du Ngorongoro, la 8ème merveille du monde,

Le Ruaha, le plus beau et le plus sauvage parc de Tanzanie...

Le Serengeti, le plus grand, le plus connu, la quintescence sauvage et authentique,

Le Tarangire, des safaris vraiment uniques,

Le Selous, un des joyaux inviolé de Tanzanie, loin des sentiers battus,

Le Mikuni, entre Selous et Udzungwa, le royaume des Big 5,

Les Montagnes Udzungwa, le rêve du trekker en safari,

Le Saadani, parfaite union de la plage et du bush,

Le Gombe Stream, de Jane Goodhall et les primates à Henry Stanley et Livingstone...

Le Katavi, le plus authentique de tous les parcs tanzaniens, ancien et primitif,

Les Montagnes Mahale, un des plus secrets,

Le Kitulo, le "Jardin de Dieu",

Rubondo Island, calme et sérénité,

Le Mkomazi, sauver les rhinocéros noirs

Les autres réserves : Amani, Kigosi, Maswa, Les Montagnes Monduli, Ugalla.

 

Arusha :
Pour les voyageurs passant par Arusha, le Parc National offre des écosystèmes variés et une vue spectaculaire du Mont Meru, un ancien volcan qui a donné à la région son nom. Ce petit parc national comprend le Mont Meru, les lacs de Momela, le cratère du Ngurdoto et les forêts humides qui couvrent ses pentes. Un game-viewing (safari à pied) autour de Momela réserve des moments de sérénité et de calme, et en passant à travers la forêt, vous pourrez vous arrêter et chercher des yeux les colonies de rares singes colobes jouant dans la canopée.
Pour ceux qui le souhaitent, monter au Mont Meru s’avère un magnifique trek réalisable sur 4 jours : consultez nos voyages Kilimandjaro ou avec les Massaïs ou contactez-nous pour le réaliser sur mesure.

 

Le Lac Manyara :
Situé sous les falaises de Manyara, sur le bord de la Rift Valley, le Parc National du Lac Manyara offre une variété d’écosystèmes, une vie avicole incroyable et des vues à couper le souffle. Sur le chemin du cratère du Ngorongoro et du Serengeti (voir plus loin), ce Parc National vaut le temps de faire une pause en route. Ses forêts humides, ses plaines de bush, ses falaises jonchées de baobabs et ses sources chaudes jaillissantes rassemblent dans une petite zone tout une richesse de vie sauvage.

Les eaux alcalines du Lac Manyara attirent une incroyable diversité d’oiseaux qui s’accomodent parfaitement de ces eaux saumâtres. Flamants roses par milliers, points de couleur éclatants sur le gris minéral des rives du lac. Hérons battant leurs ailes dans le bleu du ciel baigné de soleil. Cigognes volant en spirales dans les thermiques des falaises. Même les moins amateurs de vie avicole sauront s’émerveiller et voir les beautés de ce parc.

Le Parc National du Lac Manyara vaut également d’être visiter ne serait-ce que par la présence de ses fameux lions présentant la particularité de grimper aux arbres du bush. Seule espèce de ce type au monde, ces lions-grimpeurs font des acajous et des élégants acacias leur domicile durant la saison des pluies. Le parc abrite également une gigantesque concentration de babouins, la plus grande au monde : un endroit rêvé pour un safari à pied à la découverte des primates.

haut de page



Le Cratère du Ngorongoro :
Le cratère du Ngorongoro est souvent appelé « le jardin d’eden africain » ou « la 8ème merveille du monde », un décor de rêve pour le voyageur qui se rend en Tanzanie. Au-delà de l’immense couronne du cratère, d’énormes troupeaux de zèbres et de gnou paissent tandis que les lions sommeillent au soleil. A l’aube, le rhinocéros noir, espèce menacée d’extinction, s’en retourne à l’épaisse couverture des forêts du cratère après avoir brouté les herbes sauvages dans le matin brumeux. Juste à l’extérieur du bord du cratère, les grands Massaïs font paître leurs troupeaux de bovins et de chèvres dans les pâtures verdoyantes des douces pentes de ces hautes terres, vivant ici comme ils l’ont toujours fait depuis des siècles.

La Zone Protégée du Ngorongoro inclut le fameux cratère éponyme, la Gorge Olduvai, et de vastes plaines de hauts plateaux, de bush brousailleux et de forêts couvrant près de 8 300 kilomètres carrés. Une zone protégée à la frontière desquelles seules les tribus indigènes comme les Massaïs sont autorisées à habiter. Les Lacs Ndutu et Masek, tous deux lacs alcalins, sont le domicile de populations animales variées, entourées de pics et de volcans ce qui fait de cette Zone Protégée un endroit unique et magnifique.
Bien sûr, le cratère lui-même, une caldera issue d’un volcan qui s’effondra sur lui-même, en est l’attraction principale. Les hébergements sont tous situés sur le bord de cratère et après une superbe descente à travers les forêts humides et l’épaisse végétation, la flore s’ouvre sur des plaines herbeuses à perte de vue sur le fond du cratère. Les safaris ici sont tous simplement incroyables, la topographie du lieu et les paysages qui vous environnent sont pour tout dire « hors du monde ».

Cet endroit magique abrite également les Gorges Olduvai, où les Leakey, archéologues peu connus à l’époque, découvrirent les restes d’un hominidé datant de 1,8 millions d’années, un squelette d’Australopithèque Boisei, un des maillons de la chaîne de l’évolution de l’homme. Dans un petit canyon juste au nord du cratère, les Leakey et leur équipe d’archéologues internationaux ont également mis à jour les restes d’au moins 3 espèces d’hominidés différents ainsi qu’une série complète d’empreintes de pas estimées à 3,7 millions d’années. Les autres fossiles trouvés indiquent que cette zone est l’un des plus vieux sites d’habitation d’hominidés au monde.

Le cratère du Ngorongoro et la Zone Protégée du Ngorongoro sont sans nul doute un des plus beaux endroits de Tanzanie, enracinés dans l’histoire et foisonnants de vie sauvage. Au-delà des safaris en 4x4, des visites des Gorges d’Olduvai, de toutes les curiosités alentours, les treks à travers la Zone Protégée du Ngorongoro deviennent des options de plus en plus courues.
Mais quel que soit le moyen que vous choisissiez pour visiter les Hautes Terres du Cratère, attendez-vous à une expérience tanzanienne inoubliable.

haut de page



Ruaha :
Second parc de Tanzanie par la taille, après le Serengeti, le Parc National Ruaha est une enclave reculée d’une beauté sauvage spectaculaire, d’une vie inchangée depuis le commencement et de paysages à couper le souffle.

Le Ruaha est certainement le plus beau et le plus sauvage des parcs du pays, donc l'un des plus beaux et des plus sauvages du monde. C'est aussi, avec le Selous le plus important des sanctuaires d'éléphants de Tanzanie. On y trouve une faune véritablement exceptionnelle et une très grande concentration d'antilopes rares telles l'hippotrague noir, le grand et le petit koudou et l'antilope rouanne.  
Avec des troupeaux comptant au total de plus de 12 000 éléphants, avec de larges concentrations de buffles, gazelles et plus de 400 espèces d’oiseaux, le Ruaha étend sa plénitude sauvage, englobant les réserves de Rungwa et de Kisigo, sur plus de 13 000 kilomètres carrés. C’est ici que vous observerez les plus grandes concentrations d’éléphants de tout le pays, matriarche en tête, marchant à travers les landes de pâturages.

La Grande Rivière Ruaha est un des endroits clés du Parc, l’endroit où les spectacles de la vie sauvage sont les plus impressionnants, que ce soit sur terre ou sur l’eau. Les hippopotames baillent au soleil de la mi-journée tandis que les crocodiles paressent sur les rives. Les aigles plongent en s’abattant dans l’eau à la recherche des poissons dont ils sont friands, et la nuit venue, le son des grenouilles coassant gaiement dans les hautes herbes se fait entendre sur la lande et les collines.

La majeure partie du Parc est située au sommet d’un plateau à 900 mètres d’altitude et les collines, les vallées et les plaines qui le jalonnent ajoutent à l’expérience unique d’un safari au Ruaha. De petites montagnes courent le long de la frontière sud et leurs pentes couvertes d’arbres sont visibles de loin. Pendant la saison des pluies, les lits des rivières asséchées se gonflent des eaux d’un déluge bi-annuel, tandis que la plaine à perte de vue se couvre d’un manteau vert.

Une de ses chances est d'être éloigné de tout et donc d'être l'un des parcs les moins visités du pays. Un safari dans cet endroit exceptionnel a souvent le goût d’une aventure privée, une expérience vraiment unique. Que ce soit pour l’amoureux intrépide des espaces sauvages, pour l’explorateur avide de safaris ou pour ceux qui veulent vivre un moment intense et grandiose, un voyage au Ruaha est un moment extraordinairement gratifiant et un morceau parfait de l’Afrique.

haut de page



Serengeti :
Le Serengeti est le parc le plus connu de Tanzanie, et c’est aussi le plus grand avec 14 753 km carrés de zones protégées qui bordent le Parc Kenyan du Masai Mara. Ses plaines herbeuses à perte de vue, nuancées par les ombres des nombreux acacias qui le jalonne, en ont fait la quintessence de l’image de l’Afrique sauvage et authentique. Ses larges petites collines de pierre sont le domicile de riches écosystèmes, et la diversité et le foisonnement de vie sauvage qui habite ces plaines sont renversants. De larges troupes de lions lézardant dans les hautes herbes, des familles complètes d’éléphants se nourrissant des écorces d’acacias et barrissant d’un bout à l’autre de la plaine, des girafes, gazelles, singes, élands, et toute la gamme des animaux sauvages d’Afrique présente en nombre.

La migration annuelle des gnous à travers le Serengeti et le Masai Mara attire les visiteurs du monde entier, se rassemblant dans les plaines immenses pour observer le plus grand mouvement animal de mammifères terrestre sur la planète. Plus d’un million de ces animaux migrent vers les pâtures abondantes du nord, puis du sud, après les pluies, 2 fois par an. Le son de leurs sabots heurtant le sol, soulevant de gigantesques nuages d’épaisse terre rouge, est devenue une des légendes des plaines du Serengeti. L’écosystème entier prospère sur cette migration annuelle, depuis les lions et les oiseaux de proies qui se gavent des faibles et des hésitants, jusqu’aux crocodiles affamés qui attendent patiemment au sein des rivières pour leur festin annuel.

Mais ce ne sont pas seulement les gnous qui utilisent le Serengeti  comme chemin de migration. Les réserves adjacentes de Maswa et d’Ikorongo, la Zone Protégée du Ngorongoro et les Réserves du Masai Mara aux Kenya, toutes permettent aux animaux et aux oiseaux une totale liberté de mouvement pour suivre leurs propres migrations. En effet, durant la vague de migration des gnous, beaucoup de faits moins importants que d’autres attirent plus l’attention. Mais le parc possède de nombreuses zones où chaque écosystème est subtilement différent des autres. Seronera, au centre du parc, est la plus prisée et la plus visitée des zones. La rivière Grumeti dans le Corridor Ouest est le lieu de terribles traversées durant la migration des gnous. La réserve de Maswa au sud, bien qu’étant une partie reculée du parc, offre des occasions de safaris majestueuses tandis que Lobo, près de la frontière Kenyane, offre de nombreuses opportunités de safaris durant la saison sèche.

Hormis les traditionnels safaris en véhicules tout-terrain, le survol en montgolfière des plaines du Serengeti est devenu une sorte de rite initiatique pour les voyageurs curieux et enthousiastes. Le vol commence à l’aube et emmène les passagers au-dessus des troupeaux de gnous, de gazelles, de zèbres et de girafes émergeant du sommeil. L’altitude permet aux passagers d’être les témoins privilégiés des surprises que leurs réservent les vastes plaines ponctuées de kopjes (collines de pierres). Haut dans le ciel, l’Afrique s’offre à vous seul.

haut de page



Tarangire :
Le Parc National du Tarangire possède l’une des populations d’éléphants les plus denses de Tanzanie, et sa végétation éparse de baobabs et d’acacias en fait un endroit magnifique et très particulier. Situé à quelques heures de route d’Arusha, le Tarangire est une halte idéale pour des safaris, en chemin vers le Ngorongoro et le Serengeti.
Avant les pluies, les troupeaux de gazelles, de gnous, de zèbres et de girafes migrent vers les plaines broussailleuses du Parc National du Tarangire où les derniers pâturages subsistent. Le Tarangire offre des safaris uniques, et durant la saison sèche, les éléphants abondent. Les familles de pachydermes jouent autour des anciens troncs de baobabs et détachent en lanières l’écorce des acacias dont ils sont friands. Des vues à couper le souffle de la steppe Massaï et des montagnes au sud font d’une visite au Tarangire un moment mémorable.

haut de page



Selous :
Au sud-est de la Tanzanie, dans un endroit reculé et très peu visité, se trouve la Réserve Selous, une des plus vastes zones protégées de vie sauvage de Tanzanie, occupant plus de 5% du territoire. Ses rivières, ses collines, ses plaines abritent des populations d’éléphants disparates, des lycaons  et les derniers rhinocéros noirs de la région. Du fait de son éloignement mais également du fait qu’il est beaucoup plus aisé de le rejoindre en avion de brousse, la Réserve Selous est restée un des joyaux inviolé parmi les Parcs Nationaux de Tanzanie, offrant aux visiteurs l’opportunité d’observer la vie sauvage d’une Afrique loin des clichés et des sentiers battus.

Cette réserve tient son nom de Frederick Courteney Selous, un explorateur britannique qui a écrit sur la région et décrit ses voyages, mais fut tragiquement tué sur cette terre durant la première Guerre Mondiale. En 1905, quand peu de personnes pensaient alors à la préservation et la conservation de la vie sauvage, de vastes portions furent réservées pour la chasse. En 1922, la zone fut agrandie et nommée Frederick Selous. Depuis et jusqu’en 1975, quand les frontières actuelles furent délimitées, la Réserve Selous augmenta encore. Mais aujourd’hui, les voyageurs visitent plutôt le Nord, le Sud étant encore réservé à la chasse…

Le delta Rufigi est un des endroits étonnants de cette réserve, connectant la grande rivière Ruaha à la rivière Rufigi et terminant sa course, non loin de la frontière du Parc, dans l’Océan Indien, le long des côtes tanzaniennes,  la rivière Rufigi est la plus grande zone aquatique de la région et elle est de fait le domicile d’une pléthore de vie aquatique et avicole. Le long de ses rives, les opulents hippopotames paressent au soleil, dans la boue qui protège leur peau, gueules béantes, tandis que l’eau s’écoule. Les crocodiles sont très présents également sur les bords de la rivière, leur peau armée d’écailles fendant les flots incessants. La Gorge de Stiggler, où la grande rivière Ruaha rencontre la rivière Rufiji, offre des vues à couper le souffle sur la diversité et le spectacle des jeux d’eau de cette réserve. La Nature dans une de ses plus belles expressions…

Le Selous est unique parmi les zones protégées plus renommées de Tanzanie, car c’est une Réserve et non un Parc national. Les activités permises sont plus importantes, les safaris en bateaux en étant l’un des meilleurs exemples, une alternative ou mieux, une continuité aux safaris en 4x4, offrant aux visiteurs la chance d’observer la splendeur de la vie sauvage tout au long de la rivière Rufiji. Les safaris en camps de brousse (camping) et les fly-safaris (camping itinérant en avion) sont également une manière idéale d’explorer cette vaste région, ajoutant le sel de l’aventure à votre expérience Africaine...

haut de page



Mikumi :
Grâce à une route pavée reliant son entrée à Dar es-Salaam, le Parc National de Mikuni est appelé à devenir un haut lieu du tourisme en Tanzanie. Situé entre les montagnes Uluguru et la chaîne Lumango, Mikuni est le 4ème plus grand parc tanzanien, à seulement quelques heures de voiture de la plus grande ville, il offre une vie sauvage très diversifiée, facile à observer et parfaitement adaptée aux safaris.

La plupart des visiteurs viennent à Mikuni pour apercevoir les “Big 5” (guépard, lion, éléphant, buffle et rhinocéros) et ils ne sont pas déçus… Les piscines des hippopotames permettent un accès rapproché pour l’observation de ses animaux friands de bains de boue. Ce parc borde la Réserve de Selous et le Parc National Udzungwa et les trois réunis font un circuit plaisant et varié pour les safaris.

haut de page



Les Montagnes Udzungwa :
Située à l’ouest de Dar es-Salaam, les Montagnes Udzungwa s’élèvent depuis la frontière ouest de la réserve de Selous. Des singes Grivets jouent dans la canopée forestière tandis que l’on peut apercevoir les petites antilopes des bois à tout heure du jour. La diversité botanique est exceptionnelle et le Prac abrite en outre un nombre important d’espèces d’oiseaux rares et en voie de disparition. Les vues depuis les sommets des montagnes, face au Selous ou au lointain Océan Indien sont absolument incroyables et méritent les efforts consentis pour y arriver.

Les Montagnes Udzunga offrent au visiteur l’opportunité de rencontrer ou d’apercevoir de très nombreuses espèces de primates et d’oiseaux dans une des plus belles forêts humides d’Afrique. Cinq sentiers différents couvrent la zone forestière et les sommets des montagnes aux abords du Parc, offrent ainsi plusieurs niveaux de difficultés à chacun, du novice au trekker expérimenté. Le plus agréable étant, sans nul doute, l’absence complète de routes au sein de ce Parc National, les marcheurs ont le terrain pour eux, et eux seuls.

haut de page



Saadani :
Le Parc National Saadani est la parfaite union de la plage et du bush. Situé à quelques 70 km au nord de Bagamoyo et 130 km de Dar es-Salaam, il est accessible aisément par la route.
Il est devenu récemment un parc national totalement protégé et c’est un endroit très apprécié pour des safaris à la journée. La rivière Wami, qui traverse le parc  pour se jeter dans l’océan indien, abrite une large population d’hippopotames, de crocodiles, de flamants et de nombreuses espèces d’oiseaux. Les éléphants viennent régulièrement se baigner sur les plages de Saadani, particulièrement au petit matin. Ils s’ébattent dans le sable et jouent dans les eaux de l’océan indien, les vagues venant se briser sur leurs corps massifs. Un moment fort, insolite et exceptionnel…

haut de page



Gombe Stream :
Le Parc National de Gombe Stream, situé sur la frontière ouest de la Tanzanie et du Congo, est le plus petit parc du pays (52km2). Il a été rendu célèbre grâce à Jane Goodall, scientifique primatologue, qui a passé de nombreuses années dans ces forêts à étudier les comportements des chimpanzés alors en voie d’extinction. Situé sur les rives sauvages du lac Tanganyika, il comprend plus de 16 vallées principales dont les cours d’eau permettent aux différentes espèces de s’abreuver toute l’année. Avec des paysages et des écosystèmes très diversifiés, Entre les berges du Tanganyika et les montagnes du rift s’élevant à près de 800 mètres d’altitude vers l’est, Gombe se distingue par son isolément qui l’a ainsi préservé.

La principale attraction de ce parc sont les familles de chimpanzés vivant en son sein, mais d’autres primates tels les colobes rouges, les babouins verts et les colobes à queue rouges sont visibles également. Conduits par vos guides au cœur des épaisses forêts, vous pourrez passer une matinée entière assis à observer l’incroyable diversité animale, entre primates, antilopes naines et oiseaux tropicaux multicolores, du vautour palmiste à l’aigle pêcheur.
Non loin de là, à Ujiji près de Kigoma, vous pourrez vous rendre sur le lieu où le célèbre Henry Stanley prononça son fameux « Dr Livingstone I presume ».
Ce parc se visite toute l’année mais la saison sèche (mai à octobre) et la petite saison des pluies (janvier et février) sont les meilleures périodes.

haut de page



Katavi :
Les étendues sauvages du Parc National de Katavi, dans la zone ouest de la Tanzanie, en font une des zones les plus préservées du pays. Elles offrent la possibilité de découvrir une vie sauvage inviolée au sein de ce parc, troisième par sa taille en Tanzanie, loin des sentiers battus… Ce parc représente ce qu’il existe de plus authentique et inaltéré comme safari, des paysages somptueux et une richesse de vie sauvage incroyable.

Katavi offre des facettes aussi variées qu’il est ancien et primitif. Des plaines inondées envahies d’épais roseaux où de larges canaux abritent une grande population d’hippopotames et de nombreuses espèces d’oiseaux. Des les bois à l’ouest, les canopées des forêts primitives enveloppées de mystère sont le refuge de troupeaux de buffles et d’éléphants. Les lacs saisonniers se remplissent d’eaux boueuses et colorées après les pluies et les animaux viennent de toutes les régions s’y abreuver. Ce parc est également le refuge du rare hippotrague ou antilope-cheval, le korongo africain et de l’antilope des sables ou palahala, un lieu où tous ceux qui souhaitent explorer les espaces sauvages du continent doivent se rendre au moins une fois dans leur vie...

haut de page



Les Montagnes Mahale :
Le Parc National des Montagnes Mahale est situé dans un des endroits les plus reculés de Tanzanie, sur la frontière ouest du Congo, près des célèbres rives du Lac Tanganyika. Accessible seulement en avion de brousse, le parc est le domicile d’une grande population de chimpanzés très bien acclimatés au contact humain. Bien que le Parc National de Gombe Stream soit plus connu, la population de primates des Montagnes Mahale est bien plus importante et visible de manière bien plus fréquente et aisée.

Observer des chimpanzés dans leur habitat naturel ne peut que vous toucher au plus profond de vous-mêmes, de par leur grâce et leur ressemblance anthropomorphiques avec les humains. Bien que reculé, le Parc National des Montagnes Mahale vaut vraiment le déplacement. Les marches pour rejoindre les lieux d’habitation des chimpanzés sont aisées et peu fatiguantes mais une condition physique correcte reste un atout pour évoluer en pleine jungle ! Et croyez-nous, observer ces primates de très près sera une des expérience marquantes de votre vie.

haut de page



Kitulo :
Kitulo, devenu depuis peu un Parc National totalement protégé, est situé sur le Plateau Kitulo, qui forme la partie sud des hauts plateaux de Tanzanie. Il est réputé que cette zone, connue comme étant le « Jardin de Dieu », est le domicile d’une très large variété de fleurs sauvages comme le balsams, campanules, iris, muguets ou orchidées.

haut de page



Rubondo Island :
Sur les berges sud-ouest du Lac Victoria, le Parc National de Rubondo Island inclut cette île principale et de nombreuses autres plus petites. Il abrite de très riches et très diverses variétés de papillons et d’oiseaux, aisément observables depuis les berges. Le rare Sitatunga (ou Guib d’eau), une antilope en voie de disparition, peut parfois être aperçue s’enfuyant au-devant de prédateurs en se réfugiant dans les marécages aux abords du lac.
Une visite au Parc National de Rubondo Island offre aux voyageurs un moment extraordinaire de calme et de sérénité après les safaris, sur les bords d’un lac majestueux, et explorer les îles bordant le Parc est vraiment excitant.

haut de page



Mkomazi Game Reserve :
Situées juste à l’Est des Montagnes Pare, sur l’Arc Est Tanzanien, et juste au Sud de la frontière Kenyane, la Réserve de Mkomazi fait l’objet d’un programme de repeuplement intense pour sauver les rhinocéros noirs, en voie critique de disparition. Adjacent au Park National de Tsavo au Kenya, les facilités touristiques du Parc sont très limitées, ce qui fait que le voyageur néglige souvent la découverte de cette zone, au profit d’autres plus accessibles.
La savane et les plaines herbeuses de cette Réserve sont parfaites pour les rhinocéros noirs, mais elles sont généralement sèches et poussiéreuses la plus grande partie de l’année. Quand les nombreux points d’eau s’assèchent, les safaris deviennent délicats et les animaux difficiles à trouver. Mais comparé aux autres Parcs Nationaux plus peuplés, la Réserve de Mkomazi possède son charme propre. Des lycaons y ont récemment été introduits et la Réserve abrite une grande variété de serpents indigènes et rares.

haut de page



Les autres Réserves :

Amani :
Enclavée à la base des Montagnes Usambara, la Réserve Amani est vraiment éloignée des sentiers battus mais est une étape idéale sur les longs circuits vous menant à la côte Swahili. La quiétude et la sérénité qui se dégage de cette Réserve sont véritablement appréciables après les étapes parfois rudes des safrais en 4x4. Bien que la zone ait fait l’objet d’efforts de conservation et de recherches botaniques durant plus d’un siècle, la Réserve Naturelle Amani n’est une Zone Protégée que depuis 1997. Les efforts internationaux pour préserver la beauté des forêts Usambara situées à ses frontières ont rencontrés le succès attendu et ont contribués à cette protection gouvernementale.

Les Marches guidées (Guided Nature Walks), prohibées dans les Parcs Nationaux tanzaniens, sont un élément unique de cette réserve naturelle et offre au voyageur l’excitante opportunité de contempler faune et flore au plus près. Pour l’aspirant botaniste, la Réserve Naturelle d’Amani est un eden de diversité de vie végétale, avec près de 1 000 espèces différentes. Le Programme de Suivi et de Conservation de la Zone Est Usambara a créé et entretient désormais les sentiers naturels ainsi que la formation des guides spécialisés, dans un effort conjoint de collaboration avec les villages attenants. De courtes ou plus longues marches peuvent y être organisées, les guides étant de vrais spécialistes des espèces locales, oiseaux et insectes, ainsi que de l’utilisation des plantes traditionnelles.

Kigosi :
La réserve de Kigosi est une importante zone de reproduction d’espèces rares d’oiseaux aquatiques. Cette zone est constituée de forêts au Nord et de marécages herbeux au Sud.
 
Maswa :
La Réserve de Maswa borde la partie ouest du Serengeti en une extension de son écosystème. Riche de bosquets bordant les rivières, de nombreux acacias et de vastes plaines, c’est une Réserve idéale pour des marches natures.

Les Montagnes Monduli :

Situées au Nord d’Arusha, elles surplombent la grand vallée du Rift. Les forêts abritent les discrets léopards et des buffles tandis que les autres espèces se cantonnent dans les plaines.

Ugalla :
La Réserve Ugalla s’étend du centre à l’ouest du pays, une large réserve située sur les rivières Ugalla et Wala. Ses plaines inondées le long des rivières sont les points d’eau privilégiés, tout au long de l’année, pour les éléphants et les autres animaux.

 

haut de page